vendredi 16 novembre 2007

En raison d'une manifestation sur la voie...

Bien que peu enclin a consulter les infos, il faudrait être encore plus autiste que moi pour ne pas noter l’agitation qui fait que par exemple des étudiants se soient fait éjecter du squat qu’ils avaient paraît-il envisagé de faire à l’UMB, que les pompiers ont du intervenir aujourd’hui parce que les inévitables « casseurs » ont profité de l’AG pour aller déclencher un incendie, bref toutes ces joyeuses choses qui font que, en mal d’informations sur les évènements en question, je suis parti naviguer sur le net chercher les causes des sus-cités évènements qui me rappellent vaguement les incidents de l’année dernière.

Sardon


Rien à voir avec le CPE pourtant. C’est la grogne générée par la loi Pécresse, voté, apparemment pendant que tout le monde était en vacance, bossait sur son mémoire, ou d’une manière ou d’une autre regardait ailleurs.

Au programme ? Demander aux universités de se démerder pour trouver une partie plus ou moins substantielle de leurs financement chez les entreprises, comme c’est le cas du CNRS me semble t’il, dans le but en apparence admirable de mieux diriger les étudiants vers la vie active puisque les entreprises financeront bien évidemment les filières susceptibles de leur rapporter du personnel qualifié. Ce qui m’amène à me demander - comme se le sont apparemment demandé pas mal de grévistes bien avant que je ne me réveille - quelle genre d’entreprise s’amuserait, en organismes philanthropiques que nous soupçonnons trop peu, à sponsoriser par exemple l’UFR des lettres de Strasbourg, puisqu’il est bien connu que nous ne servons à rien, hormis à produire des profs (pour ceux qui réussissent) et des ratés inutiles (moi).

D’autre part, il s’agit apparemment de créer une sélection à l’entrée, dans le but de limiter l’accès aux filières poubelles, et de mieux gérer les orientations. Il me semble pourtant qu’avant de parler d’orientation dans les universités, il serai bon de s’occuper des structures existantes spécifiquement conçu pour l’orientation, et qui, a ma connaissance, s’avèrent au mieux incompétents pour ce qui est d’informer/aider/orienter les étudiants, que se soit au collège au lycée ou à l’université, de sortes que ceux qui n’ont aucun but particulier ne seront jamais aidé par ces mêmes organismes qui ont pourtant été créé pour ça, et dons les employés perçoivent vraisemblablement un salaire en contrepartie d’un service qu’ils ne prodiguent pas. Je n’ai sans doute pas tout compris au film.

Le reste est à l’avenant, et échappe comme souvent a ma compréhension limitée des choses législatives et administratives de manière générale. En gros, le gouvernement continue de nous faire des enfants dans le dos, ce qui n’a rien d’étonnant étant donné qui a été élu pour ça … après tout, pourquoi reprocher a un gouvernement de droite de gouverner a droite n’est-ce pas. Ensemble tout devient possible. Vive la France.

Tant que j’y suis, et si ça vous intéresse, voilà un bref article pêché je sais plus où.

Un bâtiment de l'UMB fermé jusqu'à lundi

Le Patio, de l'université Marc Bloch, n'ouvrira pas ses portes avant lundi en raison d'un incendie. L'incendie s'est déclaré vendredi matin dans une salle alors que se tenait à proximité une assemblée générale des étudiants, a indiqué le secrétaire général de l'université. Des rideaux d'une salle de cours étaient en feu lorsque l'alerte a été donnée. Les pompiers sont intervenus et ont rapidement maîtrisé l'incendie tandis que les étudiants ont été tous évacués, a précisé M. Baraton. "Nous avons pensé que, pour ne prendre aucun risque, il était préférable de fermer l'université aux étudiants jusqu'à lundi", a-t-il expliqué. L'origine de l'incendie demeure inconnue. "Nous avons porté plainte, puisqu'il y a eu dégradation des locaux", a encore indiqué M. Baraton. Dans un communiqué, la ministre de l'Enseignement supérieur Valérie Pécresse a assuré que le "procureur de la République a été saisi de ces faits par le Président de l'université". "Il s'agissait a priori d'un incendie volontaire qui commençait à se propager au plafond" de la salle de cours, a précisé une source à la présidence de cette université qui compte 12.000 étudiants. Mme Pécresse a de son côté "condamné avec vigueur" cet "incendie intentionnel", provoqué selon elle "par des individus qui participaient au blocage". Le blocage de l'université n'a jamais été voté en assemblée générale. Une quinzaine de jeunes gens qui occupaient un amphithéâtre ont été évacués jeudi soir sur réquisition du rectorat. En revanche, au moment de l'alerte, une assemblée générale, à laquelle participaient environ 300 étudiants, se tenait dans le hall de l'université, à proximité de cette salle de cours. Jugeant l'incendie "inacceptable", Mme Pécresse a précisé qu'il faisait "suite à des actes d'intimidation à l'égard des personnels de l'université". Elle a renouvelé "son appel aux syndicats et aux étudiants à cesser les blocages qui sont sources de violence et d'affrontements". Dans l'après-midi, environ 200 étudiants ont brièvement organisé une manifestation spontanée devant le rectorat de Strasbourg dont l'accès leur était interdit par un cordon de CRS, a indiqué Julie Joho, une responsable de l'Unef. Les étudiants entendaient manifester pour exprimer leur mécontentement alors que l'Assemblée doit adopter vendredi le budget de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. AFP
____________________

2 commentaires:

Paladin a dit…

"Le Patio, de l'université Marc Bloch, n'ouvrira pas ses portes avant lundi en raison d'un incendie."

J'avais oublié de commenter cet article sur le moment, mais vraiment... un bâtiment qui ferme du vendredi soir au lundi matin, pour moi la cause s'appelle un week-end.

Morigan a dit…

Oui enfin ça dépend sur quels horraires tu te bases. L'administration déserte les lieux le vendredi matin, mais certains services perdurent jusqu'au Samedi... Pour le dimanche, j'en sais rien, je me suis jamais pointé à la fac un dimanche, mais j'imagine que c'est parfois ouvert quand même, a l'occasions d'ations culturelles ou autres.

Quoi qu'il en soit, et quelle que soit la periode de fermeture, ça a quand même cramé. On a même fait un exam dans cette salle - exam où la moitié de la promo dont moi même à été recalé.